PsychologieSpiritualité

Le Travail sur Soi : Les corps subtils

Les corps subtils

Extrait d’un stage de Patrick Giani (2000)

Les bénéfices du travail sur Soi

« Je peux dire, avec du recul, que les plus grands bénéfices sont :
–   une meilleure gestion de la santé, c’est-à-dire être de moins en moins malade,
–  une meilleure gestion de la vie au quotidien, c’est-à-dire apprendre à respecter ses heures de sommeil, à mieux se nourrir donc mieux digérer,
–   à mieux gérer les émotions, aussi. Quand on travaille sur soi, on apprend à se détacher de ses émotions. Le grand problème, à l’heure actuelle, c’est la gestion des émotions car elles sont à la source de pratiquement tous les dysfonctionnements du corps et de l’esprit,
–   acquérir plus de discernement, plus de lucidité et développer son intuition, choses qui sont primordiales à l’heure actuelle, si l’on ne veut pas sombrer dans l’illusion, se laisser malmener par le mental, devenir influençable, hypersensible etc…
Et puis enfin, le contentement intérieur. Cela est essentiel! Etre content de soi, être satisfait de ce que l’on fait, de ce que l’on est, être en accord avec soi-même et avec le Divin, je pense que c’est la plus grande richesse que l’on puisse avoir.

Les quatre principaux corps

Nous partons d’abord du corps physique, c’est celui qu’on peut toucher avec nos mains, c’est notre corps de chair.
Tout autour, épais de un à deux centimètres et demi, ce qu’on peut palper, c’est le corps éthérique. On peut aussi le voir:  si par exemple vous mettez votre main devant vos yeux avec le tapis en fond, vous fixez votre main, et vous voyez qu’elle se découpe sur le tapis. Et bien, si vous fixez votre attention autour de vos doigt, vous voyez qu’en remuant légèrement votre main de droite à gauche comme cela, vous pouvez voir un champ magnétique, un champ vibratoire qui entoure vos doigts. Un petit peu comme si vous aviez les doigts palmés. Vous le voyez ?
Sans forcer, vous la regardez… et ensuite vous regardez entre vos doigts. Mais bien entendu, si vous regardez le tapis entre vos doigts vous ne verrez que le tapis !
Vous le voyez ?  Si vous voulez, on voit une  sorte de halo d’un centimètre autour du doigt, comme s’il était encapuchonné…
C’est ce qu’on appelle l’aura du corps éthérique. Vous pouvez la voir chez les plantes, aussi. Vous regardez une plante de cette manière, vous la détachez sur un fond blanc ou un fond noir, et vous pouvez voir son corps éthérique. Les plantes ont un corps éthérique très développé, par rapport aux autres règnes.

corps subtils

Les principaux corps subtils

Qu’est-ce-que le corps éthérique ? En fait, il fait partie du corps physique. D’ailleurs, on l’appelle également  le corps physico-éthérique. Car nos yeux ne voient que les molécules les plus denses. Et nos doigts, aussi, ne sentent que les molécules les plus denses de notre corps physique.  Mais en réalité, notre corps physique a aussi une couche – comme une seconde peau si vous voulez – qu’on appelle le corps éthérique et qui fait partie du véritable corps. On l’a aussi appelé le corps vital, chez les théosophes notamment …
Sur ce corps éthérique sont implantés les principaux chakras, les fameux chakras qui sont au nombre de sept (pour les chakras majeurs).
Ensuite, tout autour, à environ trente à cinquante centimètres du corps physique (selon les individus), nous avons le corps émotionnel. Bien entendu, peu de gens le voient. De quoi est-il fait ? De la plupart de nos émotions ; c’est un corps subtil qui est constitué par tout ce que l’on ressent, en antipathie comme en sympathie. Et le corps émotionnel est forcément sensible à tout ce qui peut nous arriver dans la vie courante.
Exemple : quelqu’un  vous agresse dans la rue. Il vient vers vous et vous engueule; et bien votre corps émotionnel se met soit à “enfler”, soit à se  décaler.
On peut sentir le corps émotionnel, le “palper”, et on peut aussi palper ou ressentir le corps émotionnel d’une autre personne.
Lorsqu’on est en bonne santé émotionnelle, généralement, il entoure complètement notre corps physique. Il est assez volumineux au niveau du tronc et autour de la tête. Chaque corps peut, selon les individus, revêtir une couleur différente. Par exemple, quelqu’un qui est colérique aura un corps émotionnel à tendance rougeâtre. Quelqu’un qui est souvent malade aura un corps émotionnel grisâtre ou verdâtre. Je ne suis pas un spécialiste des couleurs de l’aura mais il y a des livres que vous pourrez vous procurer. Notamment un livre qui est bien fait : « Guérir par la lumière » de Barbara Brennan, celle qui a également écrit “Le pouvoir bénéfique des mains”.

Le corps mental est fait d’une « matière » beaucoup plus fine que celle du corps émotionnel. Certes, le corps émotionnel est d’une « matière » assez fine, mais celle du corps mental est encore plus subtile.  Son aura se situe généralement à environ un mètre à un mètre vingt du corps physique. De quoi il est constitué ? Et bien, de toutes nos pensées. Alors, vous vous rendez compte, pour quelqu’un qui est capable de voir dans l’invisible et qui examine le corps mental d’un mathématicien ou d’un chercheur, par exemple ! (rires) De la même façon, on peut capter les pensées négatives de quelqu’un d’agressif, par exemple, ou de très négatif.

Et ensuite, le corps causal. En fait, il fait partie du corps mental, mais on le sépare du corps mental ordinaire. Pourquoi ? Et bien, comme son nom l’indique, (causal), c’est un mental qui est capable de créer (« de la cause à l’effet », dirait le célèbre Pascal) mais de créer aussi bien dans le positif comme dans le négatif. C’est pour cela qu’il est souhaitable d’avoir une certaine moralité, une certaine éthique.
C’est grâce à ce corps, par exemple, que quelqu’un va conceptualiser quelque chose : un objet, une création, une invention, un projet. S’il travaille sur un projet, ce n’est pas pareil. Mais s’il crée de lui-même, s’il conceptualise quelque chose, c’est dans ce corps que cela se passe.
On l’appelle aussi le corps karmique. Pourquoi ? Et bien, parce que dans ce corps, que l’on transporte après la mort, il y a la somme de tous nos actes, qu’ils soient positifs ou négatifs, des vies passées. »

Les corps subtils sont analysés en détail dans
Le bonheur est à l’intérieur

Partagez